Protocole sanitaire dans nos églises :

  • Port correct du masque dès 11 ans PENDANT TOUTE LA CÉLÉBRATION et sur le parvis

  • Lavage des mains avec du gel hydro-alcoolique à l’entrée

  • Feuille de messe distribuée et conservée (ne rien laisser à l’église)

* Toutes les réunions prévues se dérouleront en visioconférence

si possible au moins jusqu’au 30 janvier ou reportées ultérieurement. *

 

 

Dimanche 23 janvier 3e dimanche du temps ordinaire

Messe à 10h30 à la Collégiale de Poligny, à Brainans et à Picarreau

Mardi 25 janvier : Équipe doyenné réunion en visio-conférence à 20h30

 

Mercredi 26 janvier : messe à 9h00 à Montholier

 

Samedi 29 janvier : Rassemblement des lycéens du diocèse de 9h00 à 17h00 à la salle St-Roch

Renseignements : Pastorale des Jeunes au 03-84-47-87-62 ou jeunescathos39@eglisejura.com

 

Dimanche 30 janvier : 4e dimanche du temps ordinaire

Messe à 10h30 à la Collégiale de Poligny, à Barretaine et à Villers-Les-Bois

69ème journée mondiale des malades de la lèpre. Quête à la sortie des messes.

 

 

***

Erratum Écho des Paroisses : les messes ont bien lieu le dimanche

20 février (et non vendredi) - 27 février (et non samedi) sur les trois paroisses.

« Un grand manteau de miséricorde est répandu

sur tous ceux qui souhaitent la recevoir»

Nous vivons dans une situation d'urgence : il y a des hôpitaux qui risquent de ne plus pouvoir accueillir les malades, il y a des malades qui sont obligés de vivre dans l'isolement, et malheureusement aussi de mourir sans le confort et la proximité de leurs proches, il y a des malades qui n'ont pas la proximité d'un prêtre pour l'onction des malades et la confession. Il y a beaucoup de personnes en quarantaine et des villes entières où la population doit rester enfermée chez elle à cause des règlements émis par les autorités pour contenir la contagion.

 

L'extraordinaire de cette époque exige des mesures extraordinaires pour aider, pour être proche, pour réconforter, pour assister, pour ne jamais laisser personne manquer de la caresse de Dieu face à la souffrance et à la perspective d'une mort imminente. C’est pourquoi l’Église accorde l’indulgence plénière (le pardon de tous les péchés et la réconciliation avec Dieu).

 

Pour tous les malades et les soignants.

Pour recevoir ce don de l’indulgence voici ce qu’il peut se faire personnellement ou pour une personne en fin de vie :

Faire le Signe de la Croix, réciter le Credo, le Notre Père et le Je vous salue Marie, en offrant cette épreuve dans un esprit de foi en Dieu et de charité envers ses frères et sœurs.

Ceux qui sont sur le point de mourir et qui ne peuvent recevoir l'Onction des malades, ni se confesser ou communiquer, sont ainsi confiés à la Miséricorde Divine.

 

L’indulgence plénière concerne aussi les travailleurs de la santé, les membres de la famille et tous ceux qui, « à l'instar du bon Samaritain », s'exposant au risque de contagion, soignent les malades du coronavirus.

 

Pour ceux qui ne pourront vivre la Semaine Sainte

et prient pour la fin de la pandémie.

 

L’Église accorde d'ailleurs volontiers aussi l'indulgence plénière, dans les mêmes conditions, aux fidèles qui s’adonnent à la lecture de la Sainte Écriture pendant au moins une demi-heure, ou à la récitation du Chapelet, au Chemin de Croix ou encore à la récitation du chapelet de la Divine Miséricorde, et qui prient pour les personnes qui meurent pour qu’ils reposent dans la paix avec la volonté de remplir les conditions habituelles (confession sacramentelle, communion eucharistique et prière selon les intentions du Saint-Père), le plus tôt possible.

Décret de la Pénitencerie apostolique paru ce 20 mars 2020.

Doyenné de Poligny

Vivre le carême comme un temps
de dépouillement et de solidarité

La vertu de prudence

 

Les mesures de confinement prises par le gouvernement le 12 mars 2020, pour les enfants et les jeunes, ainsi que pour les personnes fragiles ou âgées, d’une part, et l’interdiction de rassemblements de plus de 100 personnes d’autre part, m’amènent, après consultation des délégués paroissiaux et en lien avec l’administrateur diocésain, à annuler les messes de semaine et dominicales jusqu’à nouvel ordre.

 

Ces mesures seront assouplies dès que possible, mais la limitation drastique des contacts est essentielle dans les jours qui viennent.

 

Veiller à ne pas s’exposer à la contamination et ne pas être vecteur de diffusion du virus, c’est aussi préserver les soignants qui méritent beaucoup d’attention. Cela remet en cause notre mode de vie ecclésial, l’accès à l’eucharistie, aux groupes de partage, de prière.

 

C’est un dépouillement exigeant à vivre dans ce temps de carême.

 

Les réunions pastorales sont elles aussi annulées, de même que toute activité rassemblant des enfants et des jeunes. Nous ne romprons pas le confinement qui leur est demandé.

 

Vivons ce carême en gardant la communion spirituelle malgré l’absence des rencontres et célébrations.

 

N’hésitez pas à utiliser les médias pour nourrir votre foi : KTO, RCF, Le Jour du Seigneur, mensuels...

 

Que cette épreuve fortifie notre foi par la contagion de la prière, de l’espérance et de la charité !

 

Samedi 14 mars 2020

 

Père Maurice-Marie QUÉRÉ,
curé doyen de Poligny